Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Ven 26 Fév - 22:48

Je me retrouvais encore sur les routes pour régler une commande de l’Ancien. Son plus jeune frère tenait une forge dans la capitale de Plégia. Plégia. Ce pays que ma mère avait fui dans sa jeunesse, ce pays qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui : Un pseudo-paria. Un homme, mi-plégien, mi-ylissien. Une aberration vis-à-vis de l’éthique, heureusement, les plégiens m’acceptaient déjà un peu plus que les ylissiens car, pour eux, ma mère fut violée par un soldat ylissien lors des répressions. Même si la vérité était toute autre, je préférais me taire à ce sujet. Manquerait plus que je sois mal vue dans les deux pays.

La capitale de Plégia. Elle n’avait pas été simple à trouver mais la voilà enfin. Malgré la méfiance qui y règne vis-à-vis des étrangers, je suis accueilli plutôt sereinement. Car oui, entre plégien, il faut se serrer les coudes. Pff… J’étais bien sûr beaucoup plus fier de mon côté ylissien mais ici, si je tenais à la vie, disons que j’étais plus fier de mon côté plégien. D’apparence seulement. Me déplaçant assez aléatoirement des ruelles et rues qui s’offraient à moi, je cherchais la forge du frère de l’Ancien.

Il avait apparemment besoin de moi car les artisans, s’il pouvait les appeler ainsi, demandaient une sérieuse remise à niveau en ce qui concernait le forgeage. En échange, j’étais logé, nourri et on me payait même pour le temps que j’allais consacrer aux apprentis. J’étais attendu en fin de soirée mais étant arrivé bien plutôt, j’avais décidé de prendre mon temps. Cette cité… Je ne savais pas vraiment quoi en penser. Elle était à la fois, la patrie de ma mère et donc une source de fierté pour elle, mais avec les agissements des dernières années, elle était également sa plus grande honte.

Déambulant sans but fixe, j’avais fini par atterrir dans une place loin des axes principaux de la ville, à l’abri des regards. Personne n’était présent, c’était donc le moment idéal pour effectuer une petite pause. Prenant place sur l’un des bancs présents, je m’allonge et m’installe le plus confortablement possible sur le banc. Mon regard se pose alors sur le ciel. Je repensais à ma mère. L’Ancien m’avait affirmé que l’Ancienne veillerait sur elle jusqu’à mon retour. J’étais à peine soulagé par cela mais je ne pouvais faire autrement.

Les mains derrière la tête, je fixa donc pensivement le ciel. C’était franchement calme ici…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Sam 27 Fév - 21:29

Il faisait beau sur Plegia. C'était rare qu'il pleuve sur ses contrées désertique, de toute façon… Mais les pluies étaient très souvent catastrophique ! Cela ne voulait pas dire qu'il fallait toujours demander la pluie… Mais bref, concentrons-nous sur le temps qu'il faisait. Ainsi, la chaleur était bien présente… Pöur ne pas dire, même, écrasante… Souvent, ce genre de temps était extrêmement chaud, et extrêmement désagréable à vivre, mais les peuples avaient toujours trouvés des moyens de vivre quand même dans ses extrêmes. Même dans notre monde, alors que nous sommes bien à l'abri , dans nos climats totalement tempérés, où il ne fait jamais trop chaud, ou trop froid. Aux extrêmes extrêmes, ou plus un être n'ose, en théorie… Juste quelques hommes, trouvaient toujours le moyen de faire des familles, des peuples, des tributs, des pays même. Que cela soit dans les froids les plus glaciale des nords, ou les terribles déserts… Quelques peuples vivaient… Cela était impressionnant, merveilleux et incroyable…

Ainsi, dans le monde dont nous sommes entrain de parcourir, ses règles universelles de l'humanités s'appliquaient aussi. Dans des contrées désertiques, naissant des états. C'était le cas de Plegia… Mais aussi de sa capitale qui n'échappait pas à ce violent constat Météorologique. C'était assez logique en même temps, mais bref. Plegia ainsi, avait fait une nouvelle capitale… C'était rare, cela, d'habitude les états gardaient leur anciennes capitales, comme symbole de leur histoire. Ce n'était pas le cas dans deux régions du monde… Valm, où il n'existait pas, ou peu, de grands pays, à la même manière qu'était, par exemple, l'Allemagne et l'Italie dans notre monde, avant les années 1870. Et enfin, Plegia, Plegia, qui avait une histoire qu'elle préférait oublier… Bref, retournons sur notre climat. Ainsi, la chaleur serpentait partout, courrait sur les murs, telle des lézards intelligents, et surtout impossible à esquiver… La région parfaite si on craignait la pluie, quand même… Mais quand on craignait la chaleur...

Cadfaëlle en souffrait aussi de ce constat météorologique. Et oui ! Notre diplomate préférait -faut dire, c'est la seule- était aussi dans la région de Plegia. Elle espérait sincèrement qu'elle puisse rencontrer l'un des souverains de cette ancien état puissant, qui aujourd'hui, à ce qu'elle pensait, était réduit à peau de chagrin. Enfin, cela, elle n'avait pas intérêt de le dire devant le fameux souverain, si elle voulait garder sa tête, ou sa liberté. Bref, ainsi, elle déambulait dans les rues de la capitale de Plegia, et mourrait de soif… Cela faisait longtemps, bien longtemps, qu'elle était arrivé de son voyage en bateau, qui n'avait pas été aussi agréable qu'elle aurait voulu, et qu'elle marchait jusqu'à la capitale de Plegia… Le voyage s'était fait surtout à pieds, même si parfois, elle avait put profiter de la gentilesse de quelques marchands, et/ou autre voyageurs, pour voyager plus aisément. Bien sur, comme toujours, elle était habillée, et coiffée en garçon. Sur les routes, c'était quand même plus sûr qu'être en demoiselle… Mais bref.

Une place… Peut-être allait-elle pouvoir se poser… ? Elle mourrait atrocement de soif, comme dit précédemment. Plegia avait beau être une ville récente, la capitale n'avait pas été réfléchie de façon orthonormée, avec des très beaux plans hypodamien, c'est à dire avec des rues droites, qui se coupaient en angle droit, selon la théorie d'urbanistes, même si le terme est impropre, car tout à fait anachronique… Quoi ? On me souffle dans mon oreillette d'arrêter de parler de trucs du genre, tout à fait hors-sujet, et de parler plus de ce qui se passait ? Et bien, j'y viens ! Bandes d'impatients… Bref, la fameuse Cadfaëlle avait pendant longtemps déambulée dans les rues étroites et sinueuses de la ville, qui prenaient en compte la topographie complexe du site, et finalement, elle remarqua… Qu'elle avait visiblement ratée le palais. Bordel. COMMENT ELLE ARRIVAIT A CA… ? Bon sang… En plus, elle mourrait de soif… Elle voulait absolument boire un coup… Ou tout du moins, juste se poser un petit moment, pour se reposer un peu… Elle s'approcha d'un banc, et s'apprêta à s'asseoir, tranquillement et surtout plus confortablement, quand soudainement :


« Monsieur ? »

Ainsi, elle ne s'était pas assit. Comment cela me diriez-vous ? J'ai bien dis que la jeune demoiselle semblait bien fatigué, donc, en théorie, elle aurait dut s’asseoir… Et bien, c'est qu'elle ne put point. Comment cela ? Et bien… Il y avait quelqu'un. Quelqu'un qui était intégralement allongé sur le banc. En théorie, dans ce genre de cas… Et bien, on ne se pose pas de questions. On part tout simplement aller chercher un autre banc, pour s'asseoir ailleurs, il n'y avait pas de mystère à cela… Non ? Mais nous avons affaire à Cadfaëlle… Il faut toujours que cette demoiselle en face trop. Beaucoup trop. Bref, elle regarda un moment l'homme, pour voir s'il allait bien. Cela semblait un jeune homme, peut-être un poil plus âgé qu'elle, mais pas de grands choses… Il portait des cheveux bruns, et une tenue tout à fait banal, loin de la tenue de la diplomate, qui elle, montrait bien son rang tout à fait noble, de Lord. Après l'avoir regardé un moment, elle déclara, avec un léger ton inquiet :

« Monsieur, vous allez bien ? Vous voulez que j'appelle un médecin ? »

Elle posa la question comme cela… Si ça se trouvait, il allait vraiment pas bien… Et puis, si elle allait chez un médecin, elle demanderai de l'eau… Un médecin, forcément, irait l'aider non ? Bon, après, elle ne savait pas trop comment et où trouver un médecin… Mais ça, enfin… On réfléchissait à chaque chose en son temps, non ? Bref, elle faisait cette supposition, car rester allonger, comme ça, sur un banc, ce n'était pas quelque chose de très fréquent pour tout dire. Elle avait vraimenr l'impression qu'il avait fait un malaise, ou quelque chose du genre… Et puis, comme elle était diplomate, sa mission était quand même d'aider les gens ! De venir à leur aide, comme ça, les conflits étaient réglés avant même qu'ils naissent ! Si c'était pas trop génial, cette idée ! Eheh… Zut ! Elle devait se reconcentrer sur la personne qu'elle tentait d'aider ! Bordel, si elle était comme ça, quand elle tentait de faire de la diplomatie, elle allait pas aller très loin… Re-concentre-toi Cadfaelle, et un peu plus de sérieux, comme on dit ! Ainsi, elle attendit une réponse de son interlocuteur…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Dim 28 Fév - 0:19

Il faisait chaud… Mais ici. C’était légèrement plus supportable. Ça ne serait pas facile de dormir avec une telle chaleur mais avec tout le chemin que j’ai fait, je suis tellement crever que je crois bien que je pourrais m’endormir, là, tout de suite. Les yeux à moitié clos, je baille légèrement, plaçant grossièrement une main devant ma bouche. Qui aurait cru que se poser sur un banc réussirait à me faire m’endormir ? Pas moi, en tout cas.

Alors que je somnole en grande partie, une voix m’interpelle. Ouvrant lentement les yeux, je peux remarquer que quelqu’un est debout à côté de moi. Qu’est-ce qu’on me veut ? C’est pas autorisé de dormir ici ? Quand même pas. Ça me ferait bien chier. Fixant la personne, je comprends pas – sûr le coup – qu’est-ce qu’elle me veut. Presque instinctivement, je détail mon interlocuteur. Grand chapeau, cheveux blond, yeux bleus, tenue dénotant une naissance de haute lignée. Qu’est-ce qu’un noble peut bien me vouloir… Continuant mon inspection, je m’attarde un peu plus sur le visage de cette personne et là, je me réveille d’un coup.

C-Ce… Ce type… C’était un homme ou une femme ? Il semble être une homme, je suppose… J’aurais peut-être pu deviner en entendant sa voix mais j’étais totalement dans les vapes lorsqu’il me parlait. Je me redresse d’un coup et fait un bond en arrière. Je suis terrorisé mais en même temps pas. Enfaite, je sais pas si je peux avoir peur ou non. En tout cas, je dois paraitre vachement louche à agir comme ça. Je m’oblige alors à penser qu’il s’agit d’un homme et non d’une femme, afin de limiter mes réactions imprévisible dû à ma peur. Qu’est-ce qu’il m’a dit en dernier ? Je crois qu’il a parlé d’appeler quelqu’un… Oui. Je crois que c’est ça.

« Euh… Ahem… Euh… Non. Pas la peine. »

C’est crédible ou pas ? Car franchement, j’en ai pas l’impression mais advienne que pourra. Toussant un coup, je tente de me tenir un maximum droit car, j’ai beau faire, je continue de trembler légèrement.

« Ahem… Vous vouliez vous asseoir, non ? Excusez-moi d’avoir pris toute la place. »

Essayant d’apparaître le plus confiant possible en dépit de mes tremblements, je m’assois plus correctement sur le banc, laissant de la place pour l’inconnu. Alors qu’il s’installe à mes côtés, mes tremblements s’accentue un peu plus. Je sais pas comment ma peur marche mais elle doit déconnée, non ? Car la personne à côté de moi ressemble plus à un homme qu’à une femme, non ? Pas franchement à l’aise, je tente de le cacher au maximum. Je ne voulais pas achever ma pause maintenant et surtout, je ne pouvais pas, mes pieds qui se détendaient enfin me faisaient horriblement mal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Dim 28 Fév - 10:37

Personne d'autres n'occupait cette fameuse place, que nos deux protagonistes. Ils étaient seuls et isolés dans cette fameuse capitale, qui pour l'une d'entre eux, n'avait strictement aucune idée de comment elle marchait, et comment s'y retrouver. Sens de l'orientation absolument moisi chez la diplomate, elle avait tendance à se perdre assez aisément… On pouvait s'en moquer, mais il fallait se rappeler que c'était quelque chose d'assez classique. Puis, elle était pas non plus du niveau, par exemple, d'Agnès Oblige dans Bravely Default, ou de la Magicienne dans le Donjon de Naheulbeuk. Quand elle avait une carte, elle était parfaitement capable, enfin presque, de se retrouver, du moment qu'il n'y avait pas d'imprévu, genre des travaux, une rue barré, etc. Donc, disons qu'elle n'était pas non plus un cas désespéré. Ainsi, elle regarda, tranquillement, le fameux Yst, bien qu'elle ne connaissait pas son nom, et espéra qu'il allait vraiment bien. Car si elle devait trouver un médecin, elle allait galéré comme pas possible…

« Euh… Ahem… Euh… Non. Pas la peine. »

« Vous êtes sûr de vous ? Vous avez l'air plus blème que la mort elle-même. »

Diplomate, psychologue ou médecin ? Bon, aller, je ne vais pas me moquer… Elle faisait quand même de son mieux, pour tenter d'aider les autres… Malgré son côté un peu ventarde, et presque parfois assez… Comment dire… Chauvine, elle était quand même extrêmement soucieuse d'autrui, chose essentielle quand on devenait une diplomate. Sauf si on faisait pour le fric. Bref, le fameux Yst, bien qu'elle ne connaissait toujours pas son nom, ne semblait vraiment pas bien. Comme elle avait dit, il semblait blème, et ne semblait pas très à l'aise face à elle… Enfin, ce n'éait qu'une impression qu'elle avait, peut-être exagérait-elle… Mais quand même ! A ses yeux, il semblait vraiment pas aller bien… Un petit remontant lui ferait du bien, pensait-elle, mais elle voyait guère ce qu'elle pourrait lui donner… Enfin, surtout pas de l'eau ! Elle avait absolument envie d'eau… Et d'une petite pause… Heureusement pour elle, et la rassurant un peu sur l'état de son interlocuteur, celui-ci déclara :

« Ahem… Vous vouliez vous asseoir, non ? Excusez-moi d’avoir pris toute la place. »

« Oh merci ! Je croyais que j'allais mourir dans ce maudit pays si chaud !!! »

Cadfaëlle avait encore beaucoup de chemin, avant de devenir une bonne diplomate, si vous voulez mon avis… Première leçon ? Mmh… C'est assez simple : Ne pas critiquer le pays où on se trouve, devant une personne qui était très certainement une personne qui y vivait ! Ce n'est pas le meilleur moyen pour se faire jarter du pays ? Mais bon… Disons que la fameuse diplomate avait tendance à avoir un caractère assez visible… Espérons que cela ne lui pose pas de problème… Puis, de toute façon, à ses yeux… Elle n'avait pas tord ! C'était vrai : Plegia était extrêmement aride comme contrée, surtout en comparaison avec le pays de Rosanne, qui jouissait d'un temps tempéré, extrêmement agréable, et surtout parfait pour les cultures. Chose qui avait permis, produisant un grand excedant alimentaire, de faire naître une très grande culture, dans cette région de Valm… Ouais, c'est assez simple à voir, enfaîte. Bref ! Il fallait se reconcentrer un peu sur l'action… Ainsi, la jeune diplomate, bien contente qu'elle puisse enfin s'asseoir, s'écroula presque sur le banc, s'effondrant presque, et perdant toute notion de noblesse, surtout quand elle relâcha, venant du fond de son coeur :

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah... »

Et bien… Quel rafinement… Faut dire, si elle était morte de soif (ce qui ne se disait absolument pas, mais passons sur ce point), elle avait aussi ultra mal au pied… Faut dire, elle n'avait pas put se reposer depuis quelques bon kilomètre, qui l'avait amené finalement jusqu'à la fameuse captiale de Plegia. Ainsi, elle était bien contente de pouvoir s'asseoir sur un banc après tout ça… Enfin, je voulais quand même rappeler que sur cette fameuse place, il y avait plus qu'un seul et unique banc… Donc, bon, la fameuse diplomate aurait put, tout simplement… Je sais pas moi… S'installer sur un autre banc ? Ouais, je sais pas, cela aurait été quand même relativement beaucoup plus simple, que se fatiguer à embêter les autres pour s'installer… Mais bref, on ne pouvait pas toujours deviner ce qui passait dans la jeune tête de la diplomate. Celle-ci, après s'être bien installée, et beaucoup plus « noblement », qu'à l'origine, car au début, elle s'était un peu avachi dessus, elle se positionna bien, et tournant sa tête vers le fameux jeune homme à ses côtés, déclara tranquillement et calmement :

« Oh ! Je ne me suis pas encore présentée… Je m'appelle Cadfaëlle Tremeyre, et je suis diplomate ! Je viens de par de là l'océan, enchantée de faire votre connaissance ! »

AH JE SUIS UNE SALE FOURBE ! En effet, Cadfaëlle ne le savait pas, mais Yst semblait mal à l'aise avec les demoiselles. Il devait donc, très certainement, chercher à écouter les déclarations de la personne androgyne pour savoir son sexe. Un simple accord au féminin, lui permettrait de savoir si elle était une demoiselle ou un homme. Sauf que là, tous les accords que j'ai présenté : « Présentée » et « enchantée », étaient des accords « muët ». Si tout à fait visible à l'écrit, ils étaient invisible à l'oral… Et le nom de la jeune demoiselle n'aidait, étant donné encore une fois, que Cadfaël, et Cadfaëlle, était presque la même prononciation. Enfin, presque. Inconsciemment, la jeune demoiselle, même quand elle donnait son nom en version masculine, avait tendance à légèrement plus noté le « e » final. Mais bref… La demoiselle souriait, tranquillement envers son interlocuteur… Envie simple de parler ? Oui, mais surtout, envie de rencontrer des gens, et de discuter « culture », dans les états qu'elle traversait. Comment devenir une diplomate, quand on ne connaissait rien de rien sur le pays où on se trouvait ? C'est une très bonne question, en effet… Voyons-voir ce qu'allait répondre le fameux Yst.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Dim 28 Fév - 17:03

Je lui paraissais louche. C’est sûr. L’inconnu me demanda une nouvelle fois si j’étais sûr de bien aller, que j’avais un teint blême, plus encore que la mort. Allons ! Pas autant que ça… Si ? Eh ben. Ma phobie ne se gêne pas pour ce montré au grand jour. M’enfin bref. Lorsque je propose une place sur le banc, mon interlocuteur me remercie en argumentant le fait qu’il faisait chaud dans ce maudit pays, comme il l’appela. J’éprouvai une pointe de colère lorsque Plégia fut nommé ainsi mais elle s’évapora aussitôt. La chaleur et la fatigue peuvent mener à dire tout haut, ce que l’on pense tout bas. Et puis, mon angoisse vis-à-vis de l’androgyne inhiba également tout ça.

Alors que j’étai correctement installé, l’inconnu s’avachi sur le banc en poussant un soupir de soulagement. Eh ben. Il devait vraiment marcher depuis longtemps pour apprécier de s’asseoir autant que ça. Bien que son attitude ne semble pas vraiment corroborer avec sa noblesse apparente, je ne fis aucun commentaire. Certains nobles se relâchent lorsqu’ils n’ont plus à suivre l’étiquette. Mais passons. Donc une fois installé sur le banc à mes côtés, je m’efforçai de maintenir une certaine distance entre nous, histoire de sécurisée une possible fuite, s’il s’avérait qu’il s’agit d’une femme et non d’un homme.

Après un instant, l’inconnu s’installa de manière bien plus adapté vis-à-vis de son rang, il tourna la tête vers moi et se présenta. L’inconnu androgyne s’appelait donc… Cadfaël ? Non. Cadfaëlle ? Je sais pas, passons. Diplomate venant de l’autre côté de l’océan. Il voulait dire Valm ? Ou autre part ? Je pense que c’est Valm. La présence d’un diplomate ne m’étonna guère. Ils voyagent partout afin d’être le porte-parole de leur royaume. Mais un diplomate ne devrait pas être mieux loti ? Je sais pas moi. Il aurait pu être accueil par le seigneur de Plégia, il logerait au château, serait nourrit et tout le bordel qui va avec. Mais bon. Je ne le connaissais pas… Enfin pas personnellement, donc je ne m’avancerais sur rien.

À présent qu’il s’était présenté, c’était à mon tour. Me tournant moi aussi vers Cadfaëlle… Cadfaël… Enfin vers le diplomate, j’affiche un sourire amical un peu forcé, mon corps tremblant entièrement.

« Enchanté. Yst Ragalir Decendia pour vous servir, mais vous pouvez abréger en Yst, c’est plus simple. Je suis forgeron et pour ma part, je viens d’Astria, à l’Est. »

Ma voix était un peu tremblante. Franchement, je ne sais pas pourquoi, le diplomate me fait trembler à ce point. Si cela se trouvait, j’étais effectivement face à une femme et non face à un homme. Réussir à parler à une femme… Pff… Ne rêve pas trop Yst… C’est pas demain la veille que ça arrivera… Mais si c’était le cas. Déglutissant, je m’apprêtais à lui poser une question qu’il a sans doute entendu moult fois, mais j’avais besoin d’en avoir le cœur net.

« Excusez-moi mais… Me permettez-vous une question ? Elle vous a été sans doute énormément posée mais… V-Vous… Vous êtes une femme ou un homme ? »

Les dés étaient jetés, est-ce que le destin allait s’acharner sur moi ? Est-ce qu’il allait être miséricordieux pour une fois ? C’est un nœud au niveau de la gorge et de l’estomac, que j’attendais sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Mar 1 Mar - 9:02

Il était mal à l'aise. Sans s'appeler une experte dans la matière, la fameuse Cadfaëlle savait quand même reconnaître quand quelqu'un était mal à l'aise... Et là, elle avait vraiment l'impression qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas chez Yst. Bon. C'était déjà quelque chose de bien de l'avoir remarquer... Mais bon, il fallait encore trouver qu'est-ce qu'était ce « quelque chose ». Et cela, c'était de suite beaucoup plus dur... C''est sur qu'elle n'aurait aucun problème à dire qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, mais cependant, si on lui demandait quoi... Elle ferait bien moins la maligne, elle doit bien l'avouer... Qu'est-ce qui pouvait bien clocher ? Peut-être était-il véritablement xénophobe ? Dans le sens, où il avait peur, et bien peur, des étrangers ? Après, elle n'avait pas dit d'où elle venait exactement, se contentant de « par delà l'océan », technique pour éviter en général les accents de haines xénophobes, même si globalement, elle risquait pas trop étant Rosanienne, pays souvent oublier dans les relations internationnals... Mais bref, elle écouta alors attentivement, cherchant des réponses à ses questions muettes :

« Enchanté. Yst Ragalir Decendia pour vous servir, mais vous pouvez abréger en Yst, c’est plus simple. Je suis forgeron et pour ma part, je viens d’Astria, à l’Est. »

« Enchantée ! Beau métier que la forge ! »

Pourtant, au fond d'elle, il y avait une très légère, mais sensible, pointe de « condescendance »… Cadfaëlle était une intellectuelle, une noble… Les métiers manuels… Disons que c'était pas son truc, et malheureusement, elle avait une condescendance très très forte, avec ce type de métier... C'était un peu le genre de métier qu'on faisait quand on était pas assez intelligent ! Bien sur, elle ne le dirait jamais devant le fameux forgeron -n'ayant pas spécialement envie de se prendre un énorme marteau directement dans la face-, mais elle le « pensait ». Je mets bien ce verbe entre guillemet... Car le pire, c'est qu'au final, elle ne le pensait même pas. C'était juste, disons, une pensée commune qui malheureusement trainait dans le monde de la noblesse, un peu comme aujourd'hui, on serait choquer si notre fils ou notre fille disait qu'il ou elle voulait devenir éboueur. Inconsciemment, la jeune diplomate avait tendance à considéré les métiers manuels comme dégradant... Heureusement que cela était inconscient, car cela lui permettait de parler assez aisément avec le fameux Yst, sans le prendre de haut...

« Excusez-moi mais… Me permettez-vous une question ? Elle vous a été sans doute énormément posée mais… V-Vous… Vous êtes une femme ou un homme ? »

« ... »

Il y eu un blanc. C'est vrai qu'elle était androgyne… Mais en général, on lui demandait pas ça... Surtout à une demoiselle ! C'était extrêmement impoli !!! Mais bon... De l'autre côté, elle ne recevait que la tempête qu'elle avait semé... Après tout, c'était elle qui avait tendance à jouer sur son androgénéité... Et là, il y eu un reflexe, encore inconscient (je suis étudiante en Histoire de l'Art, pas psychologie, si si !), qui trahit son vrai sexe. Elle regarda sa poitrine, l'air déçue et un peu médusée, posant ses mains dessus... Cela ne dura véritablement pas longtemps, pas longtemps du tout, avant qu'elle retourne à regarder le fameux Yst... Si celui-ci avait une bonne analyse critique de la situation, il pouvait alors découvrir le pot au rose... Jamais un homme n'aurait réagit ainsi ! Elle avait réagit ainsi, car elle était quand même triste d'avoir un cours aussi androgyne... Elle aurait aimé, au fond, être plus... Féminine... Eheh ! C'est intéressant, et donc ultra important à citer, ce genre de petit geste inconscient ! Surtout quand ils suivent par un aussi flagrant mensonge, que fut celui qu'elle déclara par la suite :

« Je suis un homme. Cadfaêl Tremeyre, pour être diplomate, je suppose qu'il faut être forcément un homme non ? »

M'ouais… Autant, effectivement, son blanc pouvait être compris comme un petit moment où elle aurait été vexée, mais cela restait louche. Et cela, notre fameuse diplomate le savait bien. C'est pour cela qu'elle offrit un sourire, rejettant sa mèche blonde sur son dos, comme si elle voulait la faire disparaître derrière elle. Elle remit bien son chapeau. Son argument tenait assez faiblement la route, après tout, beaucoup de demoiselle prenait la route, et faisait des métiers diplomatiques. Elle avait pensé, aussi, à un moment à parler de sa tenue... Problème cependant : elle n'avait aucune idée des coûtumes vestimentaires de Plegia... Peut-être que les femmes s'habillaient en pantalon aussi à Plegia ? La jeune demoiselle avait tendance à aussi bien porter le pantalon que la jupe, cependant, dans le désert, elle avait du bien avouer que le pantalon était plus pratique -sans compter que sur les routes, la jeune femme préférait se faire passer pour un homme, on n'était jamais prudent avec des bandits lubriques qui pourraient circuler sur les routes. Elle n'avait pas du tout envie d'affronter cela...

« Mille, mille, mille excuse mais… Pourrions-nous, si vous habitez ici… Allez chez vous ? Ou juste m'accompagner à une fontaine... Juste pour que je puisse boire un peu… Je n'ai trouvé aucune fontaine… je meurs de soif… Par pitié. »

Aaaaaaaaaaah ! Sacré Cadfaëlle... La jeune diplomate tourna alors la situation sur un tout autre sujet... Car elle voulait vriament boire. Si si ! Je vous assure ! C'est pas du tout, et pour une fois je suis honnête avec vous, mais alors pas du tout car elle voulait vraiment changer de discussion... Non, c'était vraiment car elle mourrait de soif depuis tout à l'heure, et que là, elle devait vraiment boire, si elle ne voulait pas devenir un pruneau tout sec, ce qui serait vraiment disgracieux... Maintenant, elle était conscience que ce qu'elle demandait n'était pas forcément quelque chose de très bien vu... C'est pour cela qu'elle demanda, si l'idée de la ramener chez lui, lui déplaisait fortement, de juste l'amener à une fontaine... En plus, c'était plus logique. Un forgeron n'avait très certainement pas une cave, où stocker des breuvages... Et il faisait très chaud dans les forges... Mais bref, suppliante, elle espérait qu'il allait accepter sa demande... Après dans le pire des cas, elle pourrait toujours trouver toute seule... Mais sans carte... Elle avait peur de rester longtemps, avant de trouver une fontaine, ou ne serait-ce qu'un puit, même si cela étaient souvent privé, et donc, difficilement accessible pour les étrangers.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Mar 1 Mar - 13:42

Ma question déplacée planta un blanc. En plus de me sentir mal à l’aise de lui voir demandé cela, les réactions de Cadfaëlle n’arrangèrent rien. En effet, elle baissa la tête vers sa poitrine, un air déçu et médusé dans son regard avant poser ses mains sur sa poitrine. Cela ne dura pas plus d’une seconde… Comme ma réaction d’ailleurs. Ayant la confirmation qu’il s’agissait bien d’une femme, je me mis à trembler de plus belle, mon visage avait tourné au blanc et je semblais absent.

Elle reporta son regard sur moi, affirmant qu’elle était un homme mais ma peur ne me trompait pas. Depuis le début, mon instinct à flairer l’embrouille mais je ne l’écoutais pas, convaincu que je voyais le mal partout et voilà où ça m’a mené. Me voilà assis sur un banc, à moins d’un mètre d’une femme aux allures d’homme. Comment je devais réagir ? Je devais fuir ? Oui. Je devais fuir… Mais comment ? En plus, elle avait dit être diplomate, si elle était ici, c’était qu’elle s’était perdue ou un truc du genre, non ? Je sais pas, j’arrive pas à raisonner logiquement, tout se bouscule dans ma tête tandis que nous restons à nous regarder.

Elle tente alors de changer de sujet, déclarant mourir de soif, elle me demanda s’il était possible d’aller chez moi si j’habitais ici ou à la fontaine la plus proche afin qu’elle puisse y boire. Je n’avais absolument d’aucune idée d’où se trouvait le plus proche point d’eau mais en dépit de ma peur, je ne pouvais pas la laisser dans le besoin, je n’avais pas le droit d’agir comme un enfoiré alors que mon unique souhait était de courir loin de cette femme. C’est donc tremblant comme une feuille que je peine à me relever. Je lui fais faiblement signe de me suivre et commence à me diriger, d’un pas lourd et incertain, vers la rue principale.

Je ne vérifie pas si elle me suit. Je n’en ai pas besoin, je n’en ai pas envie. Je m’approche alors d’une porte au hasard et y frappe presque sans conviction. Mon poing tremblant et faible, je dois m’y reprendre à plusieurs fois afin que quelqu’un vienne enfin m’ouvrir.  Je fais un signe de la tête dans la direction de Cadfaëlle avant de prendre la parole.

« Veuillez m’excuser. Mon ami meure de soif. Serait-t-il possible de l’aider ? Entre plégien… Vous comprenez que je fais attention à mes proches. »

Il hésite mais acquiesce finalement en lâchant.

« Bien sûr. Et entre plégien nous devons nous serrer les coudes. »

Je lui souris faiblement alors qu’il part chercher de quoi boire. Il revient assez rapide en tendant un gobelet d’eau à la diplomate en déclarant qu’elle venait fraîchement d’être puisée. Je le remercie encore une fois en m’inclinant légèrement, toujours tremblant. Sans attendre de voir si l’androgyne à finie de boire, je commence à avancer dans la rue, toujours avec la même démarche. J’ai tellement mal au pieds que j’arrive même pas à courir, je n’arrive même pas à fuir cette femme qui m’effraye autant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Mer 2 Mar - 11:13

Il... Il allait vraiment pas bien. Mais vraiment pas bien du tout. Déjà, elle fut surprise qu'il ne parla plus du tout... Avait-ce un lien avec sa déclaration sur son sexe ? Non, c'est pas possible ! Elle connaissait ce qu'était la gynéphobie, la peur des femmes, mais elle avouait qu'elle n'y croyait pas trop... Enfin, comment dire... Elle concevait qu'on pouvait avoir peur des femmes, bien sur, mais pas d'un point de vue maladife... On pouvait être mal à l'aise, bien sur, cela devait être assez classique, mais quand même ! Puis, de toute façon, cela ne pouvait pas être ça. Après tout, elle aviat confirmé qu'elle était un homme. Non consciente, en toute logique, de ses gestes inconscients, elle n'avait pas conscience que cela était enfaîte, très facile de savoir qu'elle était une femme, et aucunement un homme, qu'elle avait menti. Mais bref, elle ne pensait pas trop à cela, enfaîte, dans les faits... Elle pensait avant tout à le suivre, et surtout... A enfin, pouvoir boire ! Donc, elle suivait, mais cependant, en se posant de nombreuses questions, quand même...

« Veuillez m’excuser. Mon ami meure de soif. Serait-t-il possible de l’aider ? Entre plégien… Vous comprenez que je fais attention à mes proches. »

« Bien sûr. Et entre plégien nous devons nous serrer les coudes. »

« Merci. Merci énormément ! »

Elle remercia énormément le personnage qui venait de lui donner un peu d'eau, dans une céramique de très très basses qualités, avant de se renfermer chez lui. Si son comportement étonna un peu la fameuse Diplomate, elle ne s'en soucia pas pour deux raisons... Première raison : il était encore les heures les plus chaudes de la journée, et sans doute que le fameux personnage ne voulait pas que la chaleur reste trop longtemps aux portes de sa maison... Et deuxièmement... ELLE POUVAIT BOIRE !!! ENFIN !!! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!! Elle était heureuse. Elle but tout de suite toute l'eau qu'on venait de lui donner. Un peu déçue, elle remarqua qu'on lui donna -même si c'était logique-, de l'eau tout à fait tiède. Sans doute de l'eau à température ambiante, qui était restée dans une cruche sur une table, ou quelque chose du genre... Bien entendu ! C'était logique, mais pour une habitante de Rosanne, où le climat était tout à fait tempéré, c'était assez surprenant... Bref, elle était bien contente, et avait tout but... Elle se tourna alors vers le fameux Yst, pour tenter de le remercier, quand...

« Eh ! Attends ! »

Il... Il venait de partir ? Elle ne le voyait plus... Eh ! C'était pas DU TOUT gentil ça ! Sauf... Sauf qu'elle l'apperçut. Il allait vite ! Il semblait vraiment vouloir l'esquiver. Tututut ! On ne fuit pas comme ça Cadfaëlle Tremeyre, Diplomate et envoyée spéciale depuis le fameux état de Rosanne ! C'était pas rien du tout !! Donc, elle allait le retrouver, et surtout... Le remercier de son aide ! Après, si elle pouvait connaître un peu plus sur son comportement, cela ne lui ferait pas de mal... Mais bon, elle devait déjà se concentrer sur ce qu'elle voulait : c'est à dire, dire merci. Oui, je sais ce que vous êtes très certainement entrain de penser : elle en faisait beaucoup, et franchement, pour pas grand chose... Mais la jeune demoiselle, disons, avait son caractère. Elle commença à courir, esquivant les gens qu'il y avait sur sa route. Cependant, elle calcula mal le passage entre un chariot remplit de salade, un vieille homme, et le mur de la maison d'un côté. Esquivant maladroitement le vieille homme, elle rentra dans le chariot.

« Oh désolé Monsieur !!!
-MES SALAAAAAAAAAAAAADES !!! »

Ouah ! Elle avait pas pensé qu'elle avait réussi à renverser le chariot... Damn ! Où était-il maintenant...? La fameuse diplomate mettait un point d'honneur à respecter les perosnnes qu'elle rencontrait... Elle n'avait même pas put le remercier vraiment ! C'était inacceptable, et il allait pas partir comme cela... Il cachait quelque chose. Il y avait quelque chose de louche... Et elle se devait de le découvrir ! Après tout, elle était diplomate ! Visiblement, notre fameuse Cadfaëlle ne connaissait pas la différence entre diplomate et détective privée... Mais passons sur ce point. En tout cas, après avoir renversé un chariot de salade, elle recommença a le suivre. Heureusement, il n'était pas très rapide, elle allait vite le rattraper. Pas très rapide... Peut-être était-il blessé ? Et il la prenait pour une ennemi ! Oh, et ça expliquerai pourquoi il a demandé le sexe de la jeune femme... Il avait peur qu'elle soit un homme... Car il était sexiste ! Et il pensait que si elle était une femme, il pouvait pas craindre qu'elle le blesse encore plus ! Oh le salaud ! Bref, elle arriva, enfin, à le rattraper, de suite, elle déclara :

« Ah... Ah... Je t'avais presque perdu de vue ! Merci, merci beaucoup Yst ! Je suis ravi de voir que les Plegiens sont loin d'être aussi mauvais que les mauvaises langues affirment ! »

Oooooh ! Cadfaëlle fait attention ! Elle attrapa les mains du fameux Yst -ne sachant pas ce qu'il avait, elle ne comprenait pas son comportement-, et déclara cela... C'était assez maladroit, jeune demoiselle ! Notre fameuse diplomate devait apprendre à mieux contrôler ses déclarations, si elle ne voulait pas mal finir...Mais bref, elle était bien contente. Elle offrit le plus beau sourire qu'elle pouvait au fameux Yst, pour deux raisons. Premièrement, elle montrait bien ainsi qu'elle n'était pas une ennemie, et qu'il pouvait avoir confiance en elle... Deuxièmement, et c'était le plus important... Elle voulait le remercier ! Fallait bien comprendre que pour la fameuse diplomate, se retrouvait dans un tout nouveau pays, c'était quand même difficile à se retrouver... Mais bref, en tout cas, maintenant, il n'y avait plus qu'une chose à attendre... Voir comment allait réagir le fameux Yst... Sans doute mal, si vous voulez mon avis... Mais cela... Cela, on verra ça plus tard ! A vous les studios !

[HRP : 10 points si vous trouvez la référence.]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Mer 2 Mar - 19:54

Lorsque… Mon camarade plégien donna de quoi boire à la diplomate, elle le remercia grandement. C’était à ce moment-là que j’avais décidé de prendre mes distances. Malgré mon mal de pied et ma démarche hésitante, j’étais parvenu à m’éloigner à une distance que je considérai comme convenable. Mais Cadfaëlle ne semblait pas d’accord avec cela et, en m’interpelant, se lança à ma poursuite. Non. Mais pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle me voulait encore ? Je l’avais aidé, voilà, point barre. Je dû donc reprendre ma marche.

Slalomant au milieu de la foule, je m’efforçais à mettre un maximum de distance entre elle et moi. J’étais déjà resté trop long à ses côtés. Beaucoup plus que ce que mon esprit pouvait endurer. Derrière moi, une voix s’éleva, visible agacée par l’état de salade. Ce n’était tout de même pas elle ? Elle n’irait pas jusqu’à faire ce genre de chose ? En tout cas, je la sentais s’approcher. Alors que nous quittions la foule, elle me saisies la main. À ce moment, pour moi, tout semble se stopper. Qu’est-ce qu’elle va me faire ? Je sais pas… J’arrive plus à réfléchir !

Je commence alors à paniquer et j’entends à peine le fait qu’elle m’adresse des remerciements pour mon action ajoutant que les plégiens n’étaient pas aussi mauvais que ce que l’on disait. D’un côté, entendre cela me fit chaud au cœur, autant que l’étreinte, pourtant douce de la diplomate, me parait douloureuse. Je le sais, ce n’est pas réel… Cette douleur, c’est mon esprit qui l’invente… Mais en même temps, la souffrance est là, c’est indéniable. Tournant lentement la tête vers Cadfaëlle, je vis un magnifique sourire sur son visage. Mais cela ne changeait rien.

J’étais devenu plus blanc qu’un linge ne pouvait l’être. Je sentais mon cœur se serrer, ma gorge se nouer et la totalité de mon corps trembler comme personne n’a tremblé avant. Je suis exténué et terrorisé, je n’arrive pas à réfléchir, je ne sais pas quoi faire, comment réagir, comment me sortir de ce que je considère être un mauvais pas. Je veux retirer ma main des siennes mais je n’en n’ai pas la force, sans m’en rendre compte, la seule chose que mon corps est encore capable de faire, c’est pleurer. Une expression terrifiée et les larmes perlant sur mon visage, je n’arrive pas à contrôler cela.

Toutefois, les larmes n’étaient pas que dû à la panique. En effet, pour une fois, mon côté plégien n’était pas source de dégoût pour quelqu’un, j’ai même l’impression d’avoir racheté la vision qu’avait Cadfaëlle des plégiens. Mais d’un côté, elle ne savait pas toute l’histoire de mes origines. Changera-t-elle d’avis si elle venait à apprendre que j’étais également ylissien ? Je n’en sais rien. Pour le moment, mes jambes se contentent de me lâcher, je tombe alors au sol, la main toujours comme bloqué dans celle de la diplomate. La peur, m’a ôté mes dernières forces, j’arrive à peine à articuler quelques mots.

« Les femmes… Peur… Pitié… Fatigué… »

Je fixe alors le sol. Serrant les dents, je tire d’un geste brusque ma main hors de l’étreinte de Cadfaëlle et recule tant bien que mal dans la ruelle à la laquelle je fais dos, en fixant la diplomate. Je n’ai pas vraiment d’échappatoire si elle revient à la charge… Espérons que cela ne soit pas le cas… Même si je n'ai que peu d'espoir concernant cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Sam 5 Mar - 15:13

Avait-elle fait une betise ? Il semblait aller encore plus mal, depuis qu'elle lui avait prit les mains. Damn it ! Qu'est-ce qu'il pouvait bien avoir ? Elle ne comprenait plus rien. Elle pensait que pourtant, son comportement devrait bien faire comprendre que ce n'était pas une ennemie ! Puis, merde, elle n'avait pas l'air si méchante ! Quand même ! Vous connaissez beaucoup de méchant qui s'habillerait comme cela ? Pas moi en tout cas ! Cela ferait pas très sérieux… Tu me diras, dans quelques romans, on a quand même des méchants nobles… Mais ce sont des romans de fantasy qui sont pas forcément très connus. De l'autre côté, dans l'histoire, quand on voyait le chevalier de Guise, où le Duc de Richelieu. Ou même, la fameuse Catherine de Médicis ! Après tout, c'était assez proche, non ? Mais bref, assez de références à des vraies personnages historiques, surtout qu'ils n'existent pas dans le canon de Fire Emblem… Bref, alors qu'elle lâchait les mains du fameux forgeron, celui-ci déclara dans quelque chose qui ressemblait plus à un râle qu'à une vraie déclaration :

« Les femmes… Peur… Pitié… Fatigué… »

« Attendez ! »

Il partit alors à « toute vitesse », dans une ruelle, pour visiblement faire en sorte d'être le plus possible de la jeune diplomate. Un peu comme un médecin fuyait une pomme, il semblait vouloir partir le plus loin possible… Mais la fameuse Cadfaëlle voulait faire quelque chose… Ouah ! Mademoiselle, là, nous sommes à la limite de l'harcelement ! Tu veux bien laisser ce pauvre forgeron tranquille ! Il ne t'a rien fait… Elle entra à son tour dans la ruelle. Bien sur, le fameux Yst n'avait pas put aller très loin, vu la vitesse qu'il avait prit… Pour le moment, il était difficile de savoir ce qu'elle voulait dire, ni ce qu'elle voulait faire, mais en tout cas, elle était dans la même ruelle que lui, prêt à lui parler, ou faire quelque chose… On s'attendait à qu'elle approche, qu'elle vienne peut-être même de nouveau lui récupéré les mains, dans les siennes… Bref, quelque chose du genre, mais...

Mais elle n'approcha pas.

Non. Elle resta là, à une bonne distance. Elle avait bien entendue conscience, maintenant, de la peur du fameux Yst… C'était donc une gynéphobia. Comme dit précédemment, elle savait ce que c'était, c'était juste qu'elle n'avait pas du tout pensée que cela pouvait être ça… Donc, elle avait un peu, même beaucoup honte de ce qu'elle avait fait malgré elle. Elle avait même honte de continuer à lui faire cela… Mais elle devait absolument au moins dire :

« Je suis désolée. Je n'étais pas consciente de votre handicap. Encore merci Yst pour votre aide. Je vous suis vraiment reconnaissante. Je ne vais pas vous mettre mal à l'aise plus longtemps. »

Elle posa ses deux mains sur son coeur. C'était peut-être beaucoup, pensez-vous, de faire tout cela alors qu'après tout, il n'avait fait que lui donner de l'eau… Mais rappelez vous un peu de l'histoire de la fameuse diplomate, histoire que ne pouvait connaître Yst, bien sur… Cadfaëlle avait une enfance remplie de trahison. Celle de son duc, celle de ses parents aussi, qui n'avait pas agit pour elle, à ses yeux, préférant la laisser comme otage… Cette peur, vivait amplement en elle, mais elle le cachait. Yst, au contraire, l'avait aidée, et elle en était vraiment reconnaissante. C'était pour cela qu'elle devait le dire, elle devait le faire comprendre. Cela l'aidait à reprendre conscience… Cependant, elle, elle n'avait rien fait pour lui, à part lui faire peur… C'était pour cela qu'elle se devait d'agir ! D'agir le plus possible pour pouvoir l'aider… Elle se devait, c'était une obligation morale aux yeux de la diplomate, de l'aider à aller mieux ! Ainsi, elle déclara, d'un ton tonique et issu de ses connaissances en art oratoire :

« Cependant, il faut combattre votre peur Yst ! Vous êtes une bonne personnes, vous ne pouvez pas res... »

Notre fameuse diplomate ne voulait cependant pas lacher l'affaire ! La peur, cette terrible peur devait être combattu ! Eh… Plus facile à dire qu'à faire, jeune demoiselle aux cheveux blonds ! On ne combat pas une peur comme cela… Surtout quand elle était liée à des traumatismes remplis, et anciens… Surtout que c'était très ironique de sa part de dire cela, quand on savait à quel point elle-même n'était pas capable de vaincre cette peur des trahisons, et cette haine des traîtres… Mais bref, elle voulait faire tout un discours… Mais… Le discours s'arrêta brusquement. Que ? Et bien, Cadfaëlle, faisant dos à la rue, ne regarda nullement, en même temps cela aurait été dur, ce qui se passait derrière elle. Et elle en paya le prix. Violemment, l'arrière de son crane reçut le manche d'un couteau, qui l'a fit passé de vie à inconscience. S'effondrant sur le sol, son chapeau voltigea jusqu'à Yst, tandis que ses cheveux blonds s'étalaient par terre, sur la terre poussièreuse et sableuse -nous sommes prêt d'un désert je rappelle, de la terre battu que constituait cette fameuse ruelle… Son agresseur, apparaissant de l'ombre, déclara calmement :

« Ca, c'est fait... »

Le voleur remit bien son foulard sur sa bouche, et se pencha vers la diplomate évanouie pour commencer à la fouille, sans prendre en compte le fameux Yst. Il semblait tellement tétanisé, pensa-t-il, qu'il n'allait rien faire, sans aucun doute, à part prendre ses jambes à son cou, et partir le plus vite possible de ce coupe gorge. Bref, de toute façon, il devait faire vite, le coup n'avait pas été si violent, et elle devrait vite reprendre conscience… Ce qu'il devait, c'était trouver le plus rapidement possible où cette gosse de riche cachaient tout ses bijoux, et son argent. Bien sur, il pourrait voler tout le sac rapidement, mais il n'avait pas le temps, une fois dans sa planque, de récupéré ce qui était utile, et se débarasser du reste… Ce genre de voleur à la sauvette vivait constamment à la peur des gardes de la villes et des éventuelles personnes qui étaient plus forte que lui, personne qui étaient quand même relativement nombreux… Bref, tout cela pour dire que notre fameuse diplomate avait encore eu de la malchance… Et surtout, pas assez d'attention, en entrant dans cette fameuse ruelle… Tu aurais du faire attention !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Sam 5 Mar - 15:52

Elle m’avait dit d’attendre mais il n’y avait rien à faire. Je continuais de fuir aussi vite que mes bras me le permettaient. Mais comme prévu, cela n’empêcha pas la diplomate de revenir à l’assaut. Elle s’approchait bien plus vite que je ne pouvais m’éloigner d’elle, je m’attendais à ce qu’elle vienne jusqu’à mon niveau mais rien.

Elle s’était arrêtée à bonne distance et avait posées ses mains au niveau de son cœur puis elle s’était excusée. Elle n’avait pas eu conscience de mon handicap comme elle l’appela et s’en excusait donc. Elle continua en me remerciant une nouvelle fois pour l’aide que je lui avais apporté et déclara ne pas vouloir me mettre mal à l’aise plus longtemps. J’avais presque envie de la remercier de me prendre ainsi en pitié mais j’avais encore ce nœud au niveau de la gorge et je me contentai alors de simplement hoché la tête.

Alors que je pensais qu’elle allait partir, elle reprit la parole. Elle me déclara qu’il me fallait combattre ma peur, que j’étais une bonne personne et que je ne devais pas res… Elle se coupa et tomba au sol, inconsciente. Son chapeau vola jusqu’à mes pieds tandis que sa chevelure blonde s’étala sur au sol. Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Elle nous faisait un malaise ou quoi ? Une maladie peut-être ? Reprenant un peu plus rapidement mon souffle et mon calme, une ombre apparue, ce démarquant de l’obscurité de la ruelle. Ce n’était pas un malaise mais un vol.

Affirmant que ce qui devait être la première étape de son plan avait été accompli, l’individu ne fit même pas attention à moi et commença à faire les poches de Cadfaëlle. Mais, mais j’y crois pas ! Il m’ignore ! Il ne pense quand même pas que je vais laisser passer ça ? En plus il file une mauvaise réputation aux plégiens. En dépit de mes tremblements encore bien présent, je me relève alors que le voleur est occupé à chercher les objets de valeurs sur la diplomate. Je m’approche d’un pas un peu lent et lorsqu’il remarque enfin que je suis debout, c’est pour se prendre ma botte en plein dans la figure.

Tombant à la renverse, il allait s’emparer de son couteau pour contre-attaquer mais je vins lui écraser la main. Je tremblais de partout mais impossible de dire si c’était à cause de la peur à peine passer ou à cause de la colère. Mais il devait bien y avoir un peu des deux. Alors que son poing vint frapper mon tibia, je dégainai ma lame et commença à la diriger vers lui. Craignant pour sa vie, il plaça son bras libre devant ses yeux. Finalement, mon arme se planta à côté de sa tête, à au moins dix bon centimètre.

Indulgent… Je suis convaincu que tout le monde a le droit à une seconde chance.

« Dégage… Avant que je ne change d’avis… Et trouve-toi un travail honnête… Si on se recroise… Je serais pas aussi clément… »

Les larmes aux yeux, il agita la tête comme pour m’indiquer qu’il avait bien compris mon message. Je libérai alors son bras et il s’enfuit sans demander son reste. Tss… La pauvreté peut vraiment nous faire tomber bien bas… Surtout que les plégiens n’ont pas besoin de ça. Soufflant un grand coup, je me sentais soulagé… En partie tout du moins. J’avais une diplomate valmienne inconsciente sur les bras.

Passant à côté d’elle, je récupérai son chapeau avant de revenir m’agenouiller à ses côtés. Et voilà, mes tremblements reprenaient. Respire Yst, Respire… Tremblant comme une feuille, c’est presque avec peine que je retourne Cadfaëlle sur le dos. Plaçant alors une main dans son dos, je la redresse doucement et pose sa tête sur ma jambe. Putain, qu’est-ce que je suis entrain de faire ? Ma bonté me perdra un jour ou l’autre. Un nœud au niveau de la gorge et de l’estomac, je tends ma main tremblante vers son visage afin d’y dégager les grains de sable qui y sont accrochés. C'était dingue ce que sa peau était douce… En même temps, y avait-t-il une femme n'ayant pas la peau douce ? De plus, Cadfaëlle était de haute lignée alors voilà...

Mais pour le moment, j'espérais juste qu’il n’y ait pas de quiproquo si elle venait à se réveiller maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Dim 6 Mar - 21:45

Une règle d'or : Ne jamais sous estimez un adversaire potentiel. Deuxième règle : Toujours regarder son adversaire. Troisième règle : On ne parle pas du Fight Club. Donc… Ainsi, ce fameux voleur, qui était tranquillement bien content, entrain de voir les sommes assez astronomique que portait la fameuse Voyageuse -ce qui était assez logique, comme elle comptait rester longtemps dans le continent d'Ylisse, et que la carte bleu… Et bien, elle n'existe pas encore, il était déjà entrain de le mettre dans un coin du sac pour le garder… Eheh ! Il avait bien flairé son coup, et il était bientôt prêt à emporter son butin… Mais visiblement, si vous voulez mon avis, ce fameux voleur n'était pas très futé… En théorie, quand on trouve l'argent… Et bien, on devrait partir le plus vite possible avant qu'on se fasse choper… Sauf que l'avidité de ce fameux voleur, fut plus forte que sa raison, ce qui allait le conduire à sa perte.

Le voleur ne s'y attendait pas… Mais Yst n'était pas partit. Et donc, il allait devoir l'affronter. Et l'affrontement commença de suite en faveur du forgeron ! La vache, j'ai l'impression d'être un commentateur d'un match de foot, alors que je joue pas au foot ! Ni regarde, d'ailleurs, c'est pas trop un truc de demoiselle de toute façon… Mais bref ! Ainsi, alors que le voleur releva juste légèrement la tête, après avoir entendu quelqu'un marcher en sa direction… Il se prit littéralement une botte dans la face… Outch ! Cela ne devait pas faire du bien. Le voleur en fut largement surpris ! Bien sur, il n'allait pas rester seulement à ça. Il tenta alors de prendre son couteau, pour tenter de se débarasser de ce fameux gêneur, alors qu'il avait troupé le jackpot… Couteau qui ne servit pas à grand-chose, vu que le forgeron avait déjà placé sa lame très très proche de la gorge de notre ami… Qui faisait bien moins le malin…

Après une telle humiliation, bien sur, il ne fit pas le malin très longtemps… Très rapidement, il prit la fuite, à toute vitesse, et sans doute qu'on allait pas entendre parler de lui pendant un long moment… Enfin, jusqu'à ce que la faim, la cupidité, ou quoique ce soit d'autres le repoussent à voler… On ne connaissait pas son histoire, après tout. Des voleurs, comme cela, il ne fallait pas croire que c'était quelque chose d'exclusif à Plegia… Toutes les villes l'avaient. Comme j'aime bien, je vous fais un petit topos sur le vol au Moyen-Âge. Toutes les grandes villes l'avaient, à l'époque, mais c'était moins rependu qu'on le croyait. Déjà, car pour entrer au seins des enceintes de la ville, souvent bien fortifié, et datant parfois de l'époque de l'Antiquité Tardive, et bien, il fallait montrer patte blanche. Puis, comme dans Assassin's Creed, les voleurs s'engageaient souvent en véritable communautés, organisés et préparés par des chefs de guildes. De véritable corporations de voleurs, avec des chartes, des règles etc. Mais bref, ici, nous sommes dans Fire Emblem, pas dans un cours de Civilisation Médiéval… Mais il faut se rappeler qu'il existe une classe « voleur » !

Pendant ce temps là, et bien, la jeune diplomate était toujours dans les vapes… C'était assez logique, quand on y réfléchissait. Ce prendre un telle coup sur la tête… Cela ne faisait pas du bien. Mais alors pas du bien du tout. Donc, l'inconscience était parfois prolongés… Même parfois, un simple coup sur la tête, oui, oui, un simple coup, et on pouvait se retrouver plongée dans un profond et très long coma… ! Et ouais… C'était possible, parfois… Heureusement, c'était rare… Espérons quand même que cela n'allait pas arriver à la fameuse Cadfaëlle… Finir sa carrière comme ça, cela serait horrible ! Surtout qu'il faut bien comprendre qu'aujourd'hui, nous avons les technologies pour soigner quelqu'un dans el coma, ou du moins, le maintenir en vie… Mais à l'époque, ce n'était pas le cas, et les malheureux mourraient bien souvent… Heureusement, ce n'était pas le cas de la fameuse Cadfaëlle, je vous rassure… Ainsi, peu à peu…

« Je… Que… Oh… ? »

Ah ! Enfin ! Elle commençait peu à peu à reprendre conscience… Bien sur, la première chose qui venait à sa tête, c'était la douleur… Pendant un petit moment, quand même, elle était dans les vapes, et elle ne savait pas trop ce qui se passait autour d'elle… Un peu comme quand on se reveille le matin. Personnellement, je ne suis jamais très bien réveillée le matin, et j'ai beaucoup de mal à repérer ! Et j'ai les cheveux impossible, c'est horrible à coiffer ! Parfois, j'aimerai bien me les couper totalement mais… Quoi ? On s'en fiche totalement de ma vie… ? Ah… Désolée… Bref, retournons à nos oignons ! (Ou ognon, rappelez-vous que la réforme de l'orthographe doit être appliqué maintenant, enfin!) Ainsi, elle retrouvait peu à peu, en plus de la conscience, elle retrouvait aussi ses esprits, enfin… Et ainsi, elle déclara, totalement confuse :

« DESOLE ! JE SUIS DESOLEE !! »

Quel !!! Quel moment gênant ! Elle ne savait même pas où se mettre avec tout ça… C'était horribement gênant, et surtout, extrêmement impolie de sa part ! Surtout quand elle savait que l'homme avait peur des femmes… D'ailleurs, pourquoi il avait fait ça ? Mon dieu… C'était… Elle ne savait pas quoi dire, et tout ce qui lui venait dans la tête, c'était des horribles sensations de gênes, et beaucoup, énormément même… Et puis… Pourquoi il faisait ça ? Genre, il n'avait pas peur des femmes ? Enfin, c'est ce qu'elle croyait… Et s'il avait menti depuis le début ? Non c'était impossible… Mais bref, assez de blabla, extrêmement confuse, la fameuse diplomate se releva maladroitement, et s'excusa encore, avant de s'éloigner. Bien sur, elle s'éloignait en reculon, pour continuer de le voir, et ne pas paraître impolie. Elle voulait vraiment s'excuser… S'évanouir, comme ça, sans raison…  Bref, elle déclara, encore un peu hésitante…

« Merci… Je vais… Je vais pas vous déranger longtemps… J'ai été un lourdaux pour vous... »

Elle avait assez mal à la tête… Logique vu le choc qu'elle s'était prit ! On s'en sortait pas aussi aisément… Son mal de tête était cependant gênant, douloureux, mais nullement handicapant. Elle pouvait très bien se débrouiller, malgré cela. Bref ! Elle allait sans doute partir. Elle remerçia vraiment le fameux Yst… Même si elle ne savait pas trop pourquoi elle le remerciait, vu qu'elle n'avait strictement aucune idée des raisons de ce qui s'était passé. Les cheveux blonds lui tombant dans le dos, elle ne savait pas trop quoi dire de plus, ce qui était assez logique, quand on ne savait même pas ce qui nous était arrivé… La situation était plus que gênante, elle devait bien l'avouer… Mais bon ! De toute façon, Yst n'allait très certainement pas la retenir bien longtemps, de toute façon… Avec sa peur des femmes… Mais quoiqu'il en soit, elle le remercia, et s'excusa de tout ce qu'elle avait fait… Sérieusement, ce n'était guère une bonne journée, pour la fameuse diplomate… Ca, c'est sur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Lun 7 Mar - 1:31

Alors que j’ai fini de dégager le sable qui s’était accroché à son visage, Cadfaëlle commence à revenir à elle. Parfait ! Enfin… Parfait… Parfait parce qu’elle sortait de l’inconscience... Ça l’était moins par le fait qu’on pouvait considérer que je la tenais dans mes bras. Alors que j’allais lui demander si elle allait bien. Elle se releva brutalement en criant ses excuses.

Plus que surpris par sa réaction, j’étais tombé à la renverse. Mais elle avait un grain celle-là ? Ça ne va pas de faire peur aux gens de la sorte ? Bon… Le principal c’était qu’elle allait bien. Elle s’éloignant à reculons tandis qu’elle me remerciait et déclarait ne pas rester plus longtemps, qu’elle a été un lourdaud pour moi. J’avais presque enfin de lui dire que ce n’était rien mais elle semblait tellement mal à l’aise et elle enchaînait ses remerciements et ses excuses à une telle vitesse qu’il m’était impossible d’en caler une.

Je la regardai, silencieux, quitter la ruelle. Lorsqu’elle ne fut plus en vue, je lâchai un profond soupir de soulagement. Eh ben. Tu parles d’une journée mouvementée… Si j’aurais su, je serais allé directement à l’atelier du frère de l’Ancien, ma m’aurait évité bien des problèmes, mais bon… De toute façon… Ce n’était pas comme si j’allais la revoir. Lâchant encore un soupir, j’allais me lever quand je remarquai un petit détail : Un grand chapeau bleu entre mes mains.

Eh eh… C’est une blague ? Nan mais franchement ?! Est-ce que Naga trouverait cela drôle de se jouer de moi de la sorte ? Le pire, c’est que bien que je sois un fervent adepte – Sans pour autant être un fanatique – J’imaginais parfaitement le panthéon divin, tranquillement installé, à me regarder fuir, paniqué, chaque femme que je croisais. Pourquoi le destin est-il aussi cruel ? Pourquoi ? C’est presque les larmes aux yeux que je me relève et sors de la ruelle en tenant timidement le chapeau de la diplomate.

Elle n’a pas dû aller bien loin. Juste… Comment je devais l’appeler du coup ? Si elle m’avait affirmée être un homme lors de notre rencontre, s’était bien pour une raison, non ? Donc… Je l’appelais dame Cadfaëlle ou sire Cadfaël ? Bah ! Improvisons.

«  Cad-Cadfaëlle ! Cadfaëlle ! Vous-Vous avez oubliée quelque chose ! »

Un mix bizarre de politesse et de familiarité mais bon… J'avais pas grand chose d'autre pour éviter de dévoiler le fait qu'elle soit une femme. Simultanément à mes appels, j’agite le chapeau afin qu’elle puisse m’apercevoir, enfin, s’apercevoir qu’il lui manque quelque chose. Elle qui ne voulait pas me déranger plus longtemps, c'était raté. Vraiment… Je sais que je me répète mais… Un jour… Ma bonté me perdra. Ce n’est pas une simple supposition, mais belle et bien une affirmation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Sam 26 Mar - 22:05

Bien… C'était… extrêmement gênant !!! Elle s'était évanoui, sans raison, comme ça, dans la rue… Elle supposait, ouvertement, que c'était la chaleur, le soleil qui avait fini par atteindre son cerveau… C'était des choses qui arrivaient… Si sa mère entendait cela, elle ne s'en serait jamais remis de cette situation… Mais bon, passons sur ce point. La honte était quand même grande… il faut la comprendre… Elle avait, sans le vouloir, bien sur, amener tout un quiproquo, et en plus, alors qu'elle s'excusait, et qu'elle allait partir… Voilà que sans raison, elle s'évanouissait dans la rue ! Bien entendue, que cela la rendait mal à l'aise. Après tout… Elle avait quand même eu faux, en plus, sur toute la ligne, et avait mit mal à l'aise le fameux Yst, pour rien du tout ! Mais bref, de toute façon, c'était fini… Après tout, elle avait laissé le fameux forgeron, et maintenant, elle devait se concentrer sur ses devoirs en temps que diplomate. C'était extrêmement important. Elle n'allait sans doute pas revoir le fameux Yst avant…

«  Cad-Cadfaëlle ! Cadfaëlle ! Vous-Vous avez oubliée quelque chose ! »

« Monsieur… Yst ? Que… ? »

Yst ?!!! Mais que… Pourquoi ? Elle savait bien maintenant, qu'il était mal à l'aise avec les demoiselle… Alors pourquoi elle l'entendait ? Surtout qu'elle était bien sur qu'en théorie, elle était bien une femme… Euh… Attendez, ça, c'était peut-être inutile même à précisé… En tout cas, elle ne comprenait pas pourquoi il revenait… Sans doute avait-elle fait une faute ? Ou bien… Non, elle n'en n'avait aucune idée enfaîte… Ce qu'elle devait faire, elle le comprenait bien, ; c'était se retourner… Attendez ! Elle avait oublié de bien écouter… Elle avait oublié quelque chose ? Zut ! Ceci expliquait cela ! Bon sang, pour une diplomate, elle devait de plus en plus passer pour une cruche devant ce fameux forgeron… Profession intellectuel mon cul devait-il se dire ! En même temps, il faut se rappeler que dans ce genre de cas « intellectuel », n'est qu'un mot utilisé sociologiquement parlant.

« OH MON CHAPEAU ! Merci !! »

Elle remercia énormément… Plus encore même que quand elle fut sauvé, par ce même personnage… Et bien… Sacré diplomate ! On pouvait dire que le chapeau était important. Ce chapeau, pour elle… C'était un symbole. Un symbole de sa décision. Elle avait commencé à le mettre au moment où elle avait compris qu'il n'y avait qu'une solution, pour sa vie. Celle de tenter de réconciller les peuples. Elle tenait donc énormément à se chapeau… Puis, il l'aidait aussi, ce fameux chapeau...A  supporter le mal du pays… Et oui, c'était ridicule, mais la jeune demoiselle souffrait d'un énorme mal de pays… Après tout, elle était parti si vite de sa maison, de sa terre… Ce n'était pas aussi facile, de quitter le pays qui l'avait vu naître… Bref, elle devenait sentimantal… Mais elle devait aussi expliquer un peu plus au fameux Yst… Après tout, en apparence, ce n'était qu'un simple chapeau, certes raffiné, et qui devait valoir cher -les bons chapêlliers font souvent payer cher leur réalisation-, mais quand même ! Ainsi, la diplomate déclara, tout simplement, en souriant, les yeux fermés :

« J'y tiens comme la prunelle de mes yeux… Si je l'avais perdu, je ne sais pas ce que j'aurais fais. »

Elle aurait sans doute pleurer toutes les larmes de son corps, et à la fin, aurait ressemblé à un vieux pruneau tout moisi. Ouais, sans aucun doute, cela aurait été cela. Mais bon ! Il ne fallait pas imaginer le pire… Comme elle était tout à fait entrain de faire… Bref ! La fameuse diplomate, ainsi, récupéra son chapeau, et le remit bien sur sa tête. Eheh. Elle était quand même mieux comme cela. Après tout, elle était la diplomate la plus séduisante du monde, et la plus rafinée, ce qui allait bien avec le pays d'où elle venait… Rosanne était un pays d'être civilisé, et qui savait bien s'habiller… Hors, le chapeau, que cela soit pour les hommes, ou pour les femmes… C'était quand même sans aucun doute l'une des principales caractéristiques qui faisait d'une personne, une personne rafiné… Bien, maintenant, elle avait remercié le fameux Yst… Mais ce n'était pas tout… Elle se devait aussi de faire autre chose. Elle se devait, c'était extrêmement important… Lui faire remarquer quelque chose… Ainsi, elle déclara tranquillement :

« Oh ! Mais c'est fort bien, Monsieur ! Vous avez réussi à combattre votre peur. C'est admirable de votre part ! »

Bien sur, la fameuse diplomate n'était pas totalement dupe. Elle savait bien que tout d'un coup, POUF, par magie, sa peur des femmes n'allaient pas disparaître… Elle avouait qu'au fond d'elle, sa profonde empathie, faisait qu'elle avait très envie de creuser dans les secrets de cet homme, pour découvrir les raisons d'une telle peur… Mais elle savait que ce n'était pas le genre de chose qu'on laissait sortir aisément. Quoiqu'il en soit, elle allait se contenter de cela. Elle voulait lui montrer, que quoiqu'il arrive, il venait de prouver qu'il n'était pas un cas désespéré en la matière, et que sa peur des femmes, pouvait être affronter. Remettant bien son chapeau, elle s'éloigna quelque peu, en reculant… Et s'inclina. Elle s'inclina grandement, retirant même son chapeau, pour ensuite se redresser, et le mettre sur sa tête… Le fameux Yst pouvait la remercier. Ce n'est pas tout les jours qu'on reçoit un telle honneur… Cela, il devait s'en souvenir. Quoiqu'il en soit, c'était maintenant à lui, s'il voulait dire autre chose…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Epéiste
Niveau: 9
Expérience:
9/20  (9/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Astria
Messages : 102
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 20
Localisation : Derrière les fourneaux.
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Lun 28 Mar - 0:14

Je ne la remarque pas. Mais où se trouve cette diplomate valmienne ? Remarque… Peut-être qu’elle ne tenait pas à ce chapeau ? De toute façon, elle devait bien avoir les moyens de s’en faire faire un nouveau, non ? Alors que je perds presque patience, je la vois rappliquer en remarquant enfin qu’il lui manque quelque chose. Hurlant ses remerciements, elle m’adressa un large sourire, les yeux fermés.

Elle m’explique qu’elle tient beaucoup à ce chapeau. Tant mieux ! Cela voudra dire que je ne suis pas entrain de trembler comme pas possible pour rien. Pour le coup, je ne sais pas vraiment quoi faire. Je jette un coup d’œil aux tatouages présent sur le dos de mes mains. Ces roses… Quelque part, elles étaient comme son chapeau pour Cadfaëlle : Quelque chose d’énormément important pour moi. Alors que mes tremblements s’apaisaient légèrement, ayant l’esprit ailleurs, je fus un peu brusquement ramené à la réalité en s’exclamant  que c’était fort bien.

Fort bien ? Fort bien de quoi ? Et pourquoi elle m’appelle monsieur ? Je suis pas si vieux que ça ! On a à peu près le même âge non ? J’ai pas le temps de creuser plus les questions qu’elle me félicite d’avoir vaincu ma peur. Vaincu ma peur, vaincu ma peur… C’est vite dit. Je suis encore tremblant de partout. D’accord… Bien moins que tout à l’heure, mais je tremble toujours. M’enfin. Alors que je détourne le regard, plutôt gêné, je la vois remettre son chapeau, commencer à reculer en s’inclinant et en ôtant son chapeau.

Je lâche un soupire qui ne cache pas me gêne et me grattant l’arrière de la tête, je prends une profonde inspiration, je sens une boule se former au niveau de ma gorge. Ce que je m’apprête à dire à du mal à sortir, finalement, c’est un peu fort que cela sort.

« Si vous passez en Astria, je serais heureux de vous accueillir ! je rajouta un peu plus bas. Peut-être que… Je pourrais vous en parler… »

Mais bordel de merde ! Mais je raconte quoi moi ? Je voulais juste lui dire qu’il serait possible que nous nous croisions si son voyage diplomatique venait à l’amener en Astria, pas que je l’accueillerais ! Bon… Maintenant, il est trop tard, je vais devoir honorer mes paroles. J’espérais tout de même qu’elle n’ait pas entendu cela, ça me permettrait d’éviter de devoir honorer ma promesse… Bien que l’honneur me rattraperait aussitôt, me traînant à la respecter malgré tout. De plus, elle m’avait bien révélée quelque chose qui lui tenait à cœur et semblait vouloir m’aider à surmonter ma peur des femmes, je devais en faire de même, question d’équité.

Mais bon… Maintenant que Cadfaëlle était partie, je ne vais pas me faire prier et rejoindre directement, l’échoppe du frère de l’Ancien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chemin parcouru
Classe: Lord
Niveau: 1
Expérience:
1/20  (1/20)
Voir le profil de l'utilisateur
Valm
Messages : 41
Date d'inscription : 13/02/2016
Age : 22
Localisation : Quelque part ~
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle] Lun 28 Mar - 13:50

Elle avait retrouvé son chapeau ! Qu'est-ce qu'elle était contente… Mais de l'autre côté… Elle avait quand même, au passage, oublié pendant un moment, de mettre son chapeau, vu qu'elle n'avait pas remarqué… Mais bon, passons sur ce point. Elle était en tout cas contente des progrès qu'Yst avait fait… Certes, ce n'était pas encore parfait… Mais il faut bien comprendre que les progrès étaient quand même très important ! Ce n'était pas n'importe qui, qui arrivait comme ça, à autant progresser, en si peu de temps… Il tremblait, il avait encore peur… Mais on arrivait pas à se débarasser d'une peur comme ça, d'un claquement de doigts… Le chemin allait être sans aucun doute être long… Mais il pouvait le faire ! Elle en était totalement persuadée ! D'ailleurs, l'une des preuves de cela, c'est qu'il lui déclara, alors, une proposition qu'il n'aurait jamais pu faire, s'il n'avait pas comme elle le disait, énormément progressé…

« Si vous passez en Astria, je serais heureux de vous accueillir ! Peut-être que… Je pourrais vous en parler… »

« Astria… Sans aucun doute que je vais y passer ! »

Astria… C'était quand même le Graal pour une diplomate comme elle… Je vous explique. Venant d'un continent qui n'avait connu que la guerre… Elle ne savait même pas à quoi ressemblait vraiment la paix… Oui, c'est assez sombre comme constat… Mais elle n'avait jamais connu la vraie paix. Toujours Valm avait connu la guerre. Alors, l'idée d'un pays crée, et exactement fidèle à sa mentalité… C'était peut-être le plus beau pays du monde ! D'ailleurs, il faut le dire ouvertement… Son voyage dans le continent d'Ylisse… S'il avait vraiment pour but de découvrir les autres civilisations, les autres peuples et leur cultures… En grande partie, le but numéro 1, c'était quand même de pouvoir visiter Astria… Astria… Quel beau pays… Elle avait vraiment envie d'y aller maintenant. Mais d'abord, elle devait quand même répondre au fameux Yst, car il n'avait pas que proposer d'accueillir la fameuse Cadfaëlle...

« Mais parler de quoi… ? »

Elle voulait l'apprendre… Mais elle ne savait pas ce qu'il voulait dire par là… Tient, d'ailleurs, elle remarqua quelque chose qui l'étonna… N'était-il pas Plégien… ? Après tout, si elle avait bien compris, le fameux Yst, était un forgeron Plégiens… En même temps, elle n'avait pas poser de nombreuses questions… De l'autre côté, cela n'était pas non plus totalement sa faute. Après tout, elle avait pas put poser des questions, car le fameux Yst avait pas été vraiment en position de réponses… Mais bon. Elle supposait que s'il en parlait pas de suite, cela veux bien dire qu'il ne pouvait pas de suite en parler… Donc, elle devait attendre… Bien ! Ce n'était pas très grave, elle en parlerait avec lui, quand il allait se revoir… Car maintenant, c'était officiel ! Ils allaient se revoir ! Ainsi, elle déclara calmement amusée :

« Oh ! Je suppose que nous verrons cela… Je me rappelerai de votre promesse, Yst, je compte sur vous pour m'heberger quand j'arriverai à Astria. Au revoir Yst ! Portez-vous bien ! »

Pauvre Yst… Il aurait mieux fait de réfléchir pendant un moment avant de proposer cela… Car la fameuse diplomate savait très bien écouter les gens… D'ailleurs, vous remarquez comment la diplomate avait sans aucun soucis difformer les propos d'Yst. Accueillir, je suis désolé ma chère, mais cela ne veux pas dire héberger… Mais bon, il était trop tard, quand elle pensait quelque chose, elle le pensait ouvertement. Mais bref, en tout cas, elle fit signe d'Adieu à Yst, et partit de nouveau dans les ruelles… Elle avait encore mal au pied, et assez soif, de nouveau, mais cela allait quand même beaucoup mieux. Maintenant, elle devait un peu plus découvrir Plegia… Pays où tout le monde était considéré comme méchants, aux yeux de nombreuses autres contrées, elle voyait bien que de nombreuses personnes étaient très agréables, et aidaient sans aucun problème leur prochain… Bien ! Après tout, le plus court chemin pour la paix… C'était quand même de tuer les stéréotypes… Non ?

[Fin pour moi !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle]

Revenir en haut Aller en bas

Je dois avoir peur ou pas ? [Pv Cadfaëlle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pourquoi avoir peur dans le métro, la nuit, n'est ce pas ? [Livre 1 - Terminé]
» Reduction des salaires de tous les hauts cadres.
» Nouvel emploi, nouveau mode de vie (TERMINÉ)
» Progression Chest Tricks
» Baldur ▬ Quand les gens sont de mon avis, il me semble que je dois avoir tort. (end)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEA Shades of Sins :: Plegia :: Capitale :: Ruelles-
Sauter vers: